9782253004011-001-T[1]   images[1]

29122-gf[1]

Les liaisons dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos
*
Ce roman épistolaire raconte la relation entre le Vicomte de Valmont et la Marquise de Merteuil, deux aristocrates du 17ème siècle aux mœurs libertines. Au travers des lettres qu'ils échangent entre eux et avec les gens de la haute société qu'ils côtoient, on découvre leur vie de libertins, entre jeux de séduction et manipulations, obsession de la conquête et désir de vengeance.
J'ai bien aimé ce roman, même si je lui ai trouvé parfois quelques longueurs. Le style épistolaire sert plutôt bien le propos puisqu'il nous dévoile les sentiments les plus intimes des protagonistes qui se racontent eux mêmes. On ressent bien dans chacune des lettres le style propre à chacun des personnages. Il ne s'agit pas uniquement d'un roman sur le libertinage mais bien d'une exploration des relations humaines et, finalement, de l'éloge du véritable amour. Ce côté moralisateur très appuyé m'a d'ailleurs un peu gênée mais je suppose qu'il faut remettre les choses dans leur époque et dans leur contexte, le roman ayant été publié en 1782. Par rapport au sujet traité, j'ai trouvé le style très prude, tout en sous-entendus. J'ai complété ma lecture du visionnage du film de Stephen Frears qui en est vraiment une belle adaptation et qui pour le coup, est un peu plus cru et explicite (même si ça reste soft hein). Plus rythmé et plus concis que le bouquin, je l'ai trouvé vraiment captivant et les acteurs représentent très bien les personnages tels que je me les suis imaginé en lisant le livre.
*
Arrêtez-moi de Lisa Gardner
*
C’est le 3ème polar de cette auteur que je lis, et je n’ai pour l’instant jamais été déçue. Dans Arrêtez-moi, on retrouve l’enquêtrice D.D Warren en pleine enquête sur des meurtres de pédophiles. Un jour, une jeune femme, Charlie Grant, vient la voir car elle est persuadée de connaître la date exacte de sa mort. Elle demande à la policière d’enquêter sur son assassin le moment venu.
Le style d’écriture de Lisa Gardner est sobre et sans grande originalité mais très efficace. L’histoire est prenante et bien ficelée et nous maintient en haleine tout au long du livre. Dans les trois livres que j’ai lu de cette auteur, j’ai trouvé que les histoires étaient cohérentes, plausibles et bien documentées, ce qui n’est pas toujours le cas dans les polars contemporains que je trouve souvent trop ambitieux. A vouloir faire toujours plus original, avec toujours plus de rebondissements, je trouve que les histoires perdent en crédibilité et prennent parfois le lecteur pour un idiot (du genre: c’est un thriller, vous voulez du frisson, alors oui c’est pas très plausible ce qu’on vous raconte mais bon, on s’en fout). C’est ce que j’avais ressenti avec Le Chuchoteur de Donato Carrisi. Les histoires de Lisa Gardner sont toujours intrigantes, mais ne tombent pas dans la surenchère de twists et j’aime ce style plus sobre. Un point commun aux trois polars que j’ai lu: le premier chapitre est toujours très fort et hyper accrocheur. Impossible de reposer le bouquin après l’avoir lu, on est obligé de continuer pour savoir la suite! Autre point commun: le thème de la famille qui a l’air d’être souvent traité par Gardner. Bref, c’est un livre que je vous recommande si comme moi, vous aimez les polars captivants mais pas trop alambiqués.
*
La dernière énigme d’Agatha Christie
*
Les romans d’Agatha Christie sont pour moi un vrai plaisir de saison! J’adore m’y plonger quand arrive l’automne, il s’agit vraiment de livres « refuge » dans lesquels je me love avec bonheur de préférence enroulée dans un plaid et avec une bonne tasse de thé. C’est presque une madeleine de Proust puisque j’ai lu Les Dix petits nègres étant petite et j’ai tout de suite été convertie au style Christie.
Il est assez rare que je sois déçue d’un de ses romans mais je dois dire que La dernière énigme m’a particulièrement plu. Il s’agit de la dernière enquête de Miss Marple, une des enquêtrices fétiche de la romancière. On retrouve ici la recette typique des romans d’Agatha Christie: un petit village dans la campagne anglaise, des histoires de famille, une disparition ou un meurtre étrange, un voisinage où tout le monde est plus ou moins suspecté. Ce que j’ai aimé, c’est que le lecteur a tous les éléments pour résoudre l’énigme: tous les indices sont là, disséminés tout au long de l’histoire et les pièces du puzzle n’ont plus qu’à être remises dans l’ordre. Ce qui bien sûr, n’est pas si évident que ça... mais j’aime particulièrement ce type de construction qui pousse le lecteur à être attentif à tous les détails.
J’ai aimé le rythme très dynamique de l’histoire qui se maintient tout au long du livre. Miss Marple y est décrite comme une dame vive et perspicace alors que dans les autres romans que j’ai lus dans lesquels Miss Marple apparaît, elle est plutôt dépeinte comme une vieille dame un peu fatiguée. J’ai lu sur la page Wiki du livre que La dernière énigme avait été écrit en 1940 et n’était sorti qu’en 1976. Agatha Christie avait écrit les dernières enquêtes de ses deux enquêteurs, Hercule Poirot ( Hercule Poirot quitte la scène) et Miss Marple, afin de ne pas laisser sa fille et son mari sans ressources au cas où elle mourrait pendant la guerre. Les romans ont donc été mis au coffre, l’un fût publié juste avant sa mort et La dernière énigme donc en 76, juste après sa mort. Cette anecdote explique donc que Miss Marple soit ici plus jeune et plus vive. Étonnamment, bien que ce livre ait été écrit dans les années 40, je l’ai trouvé assez moderne et moins désuet que d’autres romans de Christie écrits plus tard. En bref, une lecture très plaisante qui vous ravira sûrement si comme moi, vous êtes fan du style de la reine du crime!